Who are you Invader? Where do you come from?

I define myself as an UFA, an Unidentified Free Artist. I chose Invader as my pseudonym and I always appear behind a mask. As such, I can visit my own exhibitions without any visitors knowing who I really am even if I stand a few steps away from them. Since 1998, I have developed a large scale project, code name: Space Invaders.

 

What is the Space Invaders project about?

It is first of all about liberating Art from its usual alienators that museums or institutions can be. But it is also about freeing the Space Invaders from their video games TV screens and to bring them in our physical world. Everything started the day I decided to give a material appearance to pixelization through ceramic tiles. I first wanted to create a series of "canvases" but I soon realised that tiles were the perfect material to display these pieces directly on the walls. I then had the idea of deploying my creatures on the walls of Paris and soon after in cities around the globe. Each of these unique pieces become the fragment of a monumental installation.

 

What is your invasion strategy?  What are the rules of the game?

Little by little, I organised a detailed process by which I explore international densely populated urban areas and "invade" them. Usually, I try to display 20 to 50 pieces per city, which is already a good score. Sometimes I happen to return several times in the same city, deploying different “invasion waves” as I like to call them. The goal is to increase my score by continuously and restlessly invading new spaces. "Anytime, Anywhere" is the philosophy…I try to evolve and reinvent myself at all time while leading a precise and serious aesthetic invasion project.

 

Would you describe your work as Contemporary Art? As a Game? As Graffiti? As Street Art?

All of the above, and much more.

 

How many people are involved in this project?

I am surrounded by a small team in my studio, this is a very confidential operation. I know it is hard to believe but the space invaders project is the project of one single artist.
There are other people in Paris or elsewhere, who following their own path, have started to install mosaics in the street of their cities.
These totally independent initiatives are out of my control but it is nice to notice that in a certain way, I have started a movement.

 

Why did you choose the Space Invaders as a central figure for your project?

In my own eyes, they are the perfect icons of our time, a time where digital technologies are the heartbeat of our world.
As these creatures are made of pixels they are in some sorts ready-made for tile reproduction. Finally, their names are literally predestined for the project I have pioneered: they are “Space Invaders!”.

 

Did Taito, the creator and owner of the “Space Invaders”, try any legal actions against you?

They have contacted me on several occasions but without really any prejudice. In a certain way, I work with them, not against them.
This said, my initial source of inspiration was the Space Invaders and a few other video games but I have rapidly developed new models and created totally original icons. My creatures are now quite detached from the four original Taito creatures. My universe is full of other references that complete my repertoire. For example, I recently created a Pink Panther, a Mona Lisa or a Peter Pan.
These new development have happened consistantly, throughout the years.

 

How do you chose the placement of your mosaics?

It is an essential part of the invasion and it is a very subjective decision. I need to identify the neuralgic points of the cities I visit. It takes a lot of time as it is a long scouting process. I often compare it as urban acupuncture.

 

How do you operate once in the streets?  Are the mosaics prepared in advance before being glued?

It depends. I have developped several techniques that allow me to adapt myself to different situations such as the time and the place of the invasion, the size of the mosaic, the height of the wall...in order to be the quickest and the most discrete possible.

 

How are the pieces fixed to the wall?  How do building owners react?

I use cement or extremely effective and innovative glues. Somes pieces are removed by unhappy owners or by cleaning companies but this is quite rare.

 

Do you have issues with police authorities?

Not always. Sometimes it even goes quite well as there are some police officers who recognise and enjoy my art.  Unfortunately, there are still cases where I am not welcomed. The owner of a gallery I worked with had to spend two weeks in jail being accused of supporting me. There are some countries where I cannot travel anymore as I maybe prosecuted.
Fortunately, this is only Art and I will not face the “death penalty” which would be the only sentence that would stop me from continuing my invasion project.

 

Is there a message behind your project?  Is it political?

I don’t have a message to deliver to the world and I am not openly political. The way I operate is per se already political as I intervene illegally for 99% of my installation. I am into artistic experimentation rather than political opposition. I like the concept of decontextualizing art to bring it to the streets, to surprise everyday people, while constantly creating new pieces. This project, I hope, will leave a print not only on the streets but also on the minds.

 

Are your mosaics being removed or stolen?

Lately, I have been facing this issue.  A large number of the pieces are removed, damaged or destroyed by individuals who seek to resell them. Given the type of tiles I use, to steal the work is impossible. These individuals by removing the mosaics destroy the piece and then have to buy ceramics to repair or recreate the work. They even try to add a patina to make it look vintage. They then try to sell these bad replicas! I have hard time believing that anyone would buy any unauthenticated mosaic tiles as people could simply go to home depot and do it by themselves …I can only hope that soon enough nobody will be tempted to buy or steal pieces in the streets and therefore that this nonsense and painful destruction will stop.

 

Is there any trace of all the Space Invaders that have been installed?

Yes absolutely. I have created a database for every single art piece: pictures, date of birth, address and other info. It is now much easier with digital technologies. At the beginning I had to use quantities of photographic films, to write everything by hand with a city map and a small notebook.

 

How does the scoring system works? Do all the cities have their own score?

I give a score of 10 to 100 for every new piece installed. Every city has therefore its own score which is the sum of all the Space Invaders created on its walls.

 

What is the height of the highest Space Invader?

It is located 2362 meters above ground (about 7000 feet) at the arrival of the ski lift in the village of Anzère in Switzerland.
There is also of course
SpaceOne, a mosaic that flew to the stratosphere at about 35 kilometres above ground (22 miles). Nevertheless, the highest one is now SPACE2 which is installed in the ISS (International Space Station) since 2015.

 

And the lowest?

There are two of them. Only experienced scuba divers can see them as they are located well below sea level in the Cancun Bay in Mexico. They have been installed with the help of the Artist Jason deCaires on a series of his sculptures.

 

>What is the Space Shop?

It is an online store that I opened at my beginnings so that supporters could buy editions in order to finance my invasions. Today, the Space Shop allows me to release editions that would be otherwise inaccessible for people spread around the world.

 

Is it possible to own a Space Invader? How do people acquire one of your works?

The most economical solution is to buy tiles and to create your own at home. It is not a very difficult assembly work and it is possible to find similar types of tiles I use.The second solution is to purchase an "invasion kit". It is a ready-to-use limited edition of a Space Invader. They are produced at the studio and sold in the Space Shop. It is at the same time a conceptual and functional object. Finally, for people who wants a unique art piece, they can seek for an Alias, which is the exact replica of the unique work in the street. There is one and only Alias for any past or present works present in the streets. Every Alias comes with a signed certificate of authenticity. Art Collectors should contact Over The Influence for any available pieces.

 

Do you participate in institutional exhibitions, in museum or gallery shows?

Yes I have always combined works in urban spaces and works in institutions such as galleries or museums. I like to switch from one another. They are for me two very complimentary sources of energy.

 

Except for the Space Invaders mosaic tiles, do you create any other kind of works? Do you have other means of expression?

As you can see in the "More projects' section of the website, I like to invest myself in different fields and through different means. I have published books, I work with Rubik's Cubes, I direct movies, create sculptures and installations. I have manufactured sneakers that leave a stamp on the ground, built a smartphone app, or created waffles makers!
These projects are all important to me and are an integral part of my artistic universe.

 

Are you still very active in the streets?

Absolutely! Since the beginnings, there has been hardly any week that goes by without me installing a new piece.

 

A last few words?

Game is not Over !

 

 

More information
 

> Biography

> Text by Anaïd Demir
> Text by Paul Ardenne
> Text by Jean Marc Avrilla

 

Contact
 

> by e-mail
> by hologram

 

 

www.pace-Invaders.com V.2.0
Coded by Adrien Chey / Designed by FabLab
All rights reserved 2014

 

 

Qui êtes-vous, Invader ? D'où venez vous ?

Je me définis comme un AVNI, un Artiste Vivant Non Identifié, j'ai pris Invader pour pseudonyme et j'apparais toujours masqué. Je peux ainsi me rendre à mes propres expositions sans que les visiteurs ne soupçonnent mon identité ou ne remarquent ma présence même lorsque je me tiens à leurs cotés! Depuis 1998 j'ai dévelopé un projet de grande envergure qui répond au nom de code : Space Invaders.

 

 

En quoi consiste le projet Space Invaders ?

Il consiste tout d’abord à libérer l’Art de ses carcans que sont les musées et les institutions. Mais il s’agit aussi de libérer les Space Invaders de leurs écrans de jeux vidéo pour les amener dans notre propre réalité. Tout a commencé le jour où j’ai voulu donner corps au pixel en le remplaçant par des carreaux de mosaïques. L'idée de départ était de réaliser une série de "tableaux" mais j'ai rapidement réalisé qu'il s'agissait d'un matériau idéal à poser directement sur un mur. J’ai alors eu l'idée de déployer mes créations sur les murs de Paris puis des villes du monde entier. Chacune de ces pièces devient le fragment d'une œuvre monumentale.

 

Quelle est votre stratégie d’invasion ?
Quelles sont les règles du jeu ?

J'ai peu à peu mis en place un système consistant à me rendre dans les capitales du monde pour les "envahir". J'essaie en général de placer entre 20 et 50 pièces par ville, ce qui commence à être un bon score. Parfois, je me rends à plusieurs reprises dans une même ville, mettant ainsi en place différentes « vagues d'invasions » comme je les appelle. Le but, c’est d'augmenter mon score, et de poursuivre mes «invasions» inlassablement, partout et tout le temps... Pour ce faire, je n'ai pas de stratégie préétablie,mais je m’efforce d'évoluer et de me renouveler sans cesse, de garder une part d’inventivité dans ce très sérieux projet d’invasion artistique.


Est-ce de l’Art ? Un jeu ? des Graffitis ?Du Street Art ?

C’est tout cela à la fois, et bien d'autres choses encore.

 

Combien de personnes sont impliquées dans ce projet ?

Je me suis constitué une mini équipe qui m'aide à l'atelier mais cela reste très confidentiel. Même si c'est difficile à croire vu son ampleur, le projet "space invader" est le projet d'un seul artiste.
Il existe d'autres personnes à Paris ou ailleurs qui se sont mis à leur tour à poser des mosaïques dans les rues de leur ville. Ces initiatives sont tout à fait indépendantes de ma volonté mais il est agréable de constater que, d'une certaine manière, j'ai fait école.

 

Pourquoi avoir choisi les Space Invaders comme figure centrale de ce projet ?

Parce qu'il s’agit à mes yeux de l’icône parfaite pour symboliser notre époque qui, avec les technologies numériques, vient de franchir un cap. De plus, le fait que ces créatures soient pixellisées font qu’elles sont faciles à reproduire en carrelage. Et puis leur nom était vraisemblablement prédestiné pour le projet que je me suis fixé: ce sont littéralement des « envahisseurs d’espace » !

 

Taito, le détenteur des droits sur le jeu vidéo « Space Invaders » n’a-t-il rien tenté contre vous ?

Il s’est manifesté à quelques reprises mais sans vraiment me causer de soucis. D’une certaine manière, je travaille dans leur sens, plutôt avec eux que contre eux. Ceci dit, j’ai commencé à m’inspirer des véritables « Space Invaders » et d'une poignée d'autres jeux vidéo, pour rapidement me détacher de ces modèles en les transformant et en les faisant évoluer. Je me suis donc éloigné des quatre figures originales de Taito pour créer mes propres créatures. Par ailleurs, mon univers artistique est nourri de nombreuses autres références qui sont venues s’ajouter à ce répertoire. Par exemple, j’ai récemment réalisé une panthère rose, une Joconde ou un Peter Pan. Mon œuvre est truffée de ce genre d'apparitions.

 

Comment choisissez-vous les emplacements de vos mosaïques?

C’est un élément essentiel du processus qui est totalement subjectif, il s’agit pour moi de trouver les points névralgiques des villes que je parcours. Cela prend beaucoup de temps, c'est un long travail de repérage. Je compare souvent cela une acupuncture urbaine.

 

Comment opérez-vous une fois dans la rue ? Les plaques de mosaïques sont-elles préparées à l’avance et prêtes à coller ?

Cela dépend, j'ai développé toutes sortes de techniques qui me permettent de m'adapter aux différentes situations comme la fréquentation du lieu, l'heure de l'invasion, la taille de la pièce, la hauteur de son emplacement… etc. L’idée étant d’être le plus rapide et le plus discret possible.

Comment les œuvres sont-elles fixées aux murs ? Comment réagissent les propriétaires ?

J'utilise du ciment ou des colles particulierement performantes. Il arrive que certaines pièces soient enlevées par un propriétaire mécontent ou par les services de nettoyage mais cela reste assez rare.

 

Rencontrez-vous des problèmes avec les forces de l’ordre ?

Pas toujours. Cela se passe même parfois bien car il y a quelques amateurs dans leurs rangs mais, malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Un de mes galeristes à l’étranger vient de faire 15 jours de garde à vue parce qu'il m'avait soutenu, et à l’heure qu’il est, je ne peux plus aller dans certains pays puisque j'y suis recherché. Par chance, il ne s’agit “que” d’art et je ne risque pas pour cela la peine de mort, ce qui serait pourtant la seule façon de m'empêcher de continuer ce travail !

 

Y-a-t-il un message derrière votre projet?
Est-il politique ?

Je n’ai pas de message à délivrer au monde et je ne suis pas non plus frontalement politique. Le geste est déjà politique en-soi puisque j'interviens dans 99% des cas sans autorisation. Pour le reste, je suis plus dans l'expérimentation artistique que dans la contestation. J’aime l’idée de décontextualiser l’art, de l’amener dans la rue, de surprendre les passants, tout en continuant à créer de nouvelles pièces. Tout cela laissera, je l’espère, une empreinte non seulement dans les rues de la ville mais aussi dans son histoire.

 

Les Space Invaders ne sont-ils pas retirés ou volés ?

Ces derniers temps, je suis confronté à ce problème : un grand nombre de mes pièces sont arrachées, défigurées voire détruites par une poignée d’individus qui cherchent à en faire commerce. Vue la fragilité des carreaux de mosaïques que j’utilise, voler l’œuvre qui est au mur est impossible. Leur technique consiste donc à détruire l'originale pour ensuite la recréer avec des carreaux achetés dans le commerce auxquels ils tentent de donner une patine ancienne. Puis ils revendent ces vilaines répliques en ayant détruit les originaux ! J’ai du mal à croire qu’il y ait des acheteurs pour acquérir ces morceaux de carreaux inauthentifiables alors qu'ils pourraient, pour le même résultat, aller chez Leroy Merlin... Cela éviterait cette vaine destruction qui n’apporte rien à personne à part aux voleurs et aux receleurs.

Tous les Space Invaders réalisés depuis vos débuts sont-ils archivés?

Oui, absolument. Je les ai tous inscrits dans une base de données où figurent leurs photo, date de naissance, adresse ainsi que diverses infos. C’est devenu beaucoup plus facile avec le numérique. A mes débuts, je me ruinais en pellicule photo et je devais noter la localisation de chaque intervention à la main, il me fallait naviguer avec une carte de la ville et un carnet en poche.

 

Comment fonctionne le système des scores ? Est-ce que chaque ville a son propre score ?

J'attribue un score qui va de 10 à 100 points à chaque nouvelle pièce posée. Chaque ville possède donc son propre score qui correspond à la somme de tous les Space Invaders qu’elle abrite.

 

Quel est votre Space Invader le plus haut perché ?

Il se trouve à 2362 m d'altitude, à l'arrivée du téléphérique dans le village d’Anzère en Suisse. Il y a aussi bien sûr SpaceOne, la mosaïque que j'ai envoyée dans la stratosphère à environ 35 km au dessus du sol terrestre et, depuis le 12 mars 2015, le plus haut est incontestablement Space2, installé dans la station spatiale internationale lors de l'opération SPACE2ISS.

 

Et le plus bas ?

Il y en a deux et seuls les amateurs de plongée sous-marine peuvent les voir puisqu’ils se trouvent au-dessous du niveau de la mer, dans la baie de Cancun à Mexico. Ils ont été posés avec la complicité de l'artiste Jason deCaires, sur une série de sculptures de ce dernier.

 

Qu’est-ce que la Space Shop ?

C'est une boutique en ligne que j’ai ouvert à mes débuts où l’on pouvait acheter des éditions afin de m’aider à financer mes invasions. Aujourd'hui, la Space shop me permet de diffuser des éditions qui sans cela seraient inaccessibles pour les fans des cinq continents.

 

Est-il possible d'avoir son propre « Space Invader » chez soi ? Comment acquérir une de vos mosaïques ?

La solution la plus économique est d'acheter soi même du carrelage et de réaliser son space invader, ce n'est pas bien difficile et on peut trouver très facilement les mêmes carreaux de mosaqiue que ceux que j'utilise. La deuxième solution consiste à s’offrir un « kit d’invasion ». Il s’agit de l’édition d’un Space Invader en mosaïque prêt à l’emploi. Je les réalise à l'atelier et les vends sur la Space Shop. C’est à la fois un objet conceptuel et fonctionnel. Enfin, les collectionneurs d'art qui recherchent une pièce unique peuvent acquérir un « Alias ». Il s’agit de l'exacte réplique d’un Space Invader posé dans la rue. Il n’existe qu’un Alias pour chaque Space Invader existant ou ayant existé dans la rue. Pour connaître les pièces disponibles, il faut contacter Over The Influence.

 

Participez-vous à des expositions institutionnelles, au musée ou en galerie ?

Oui, j’ai toujours mené de front mon travail dans l’espace urbain et dans des lieux institutionnels comme des galeries ou des musées. J'aime passer de l'un à l'autre, ce sont pour moi deux sources d'énergie très complémentaires.

 

A part les « Spaces Invaders » en mosaïque, réalisez vous d’autres œuvres ? Avez-vous d’autres moyens d’expression ?

Comme vous pouvez le voir dans la rubrique "More projects" de ce site, j'aime m'investir dans différents domaines et m'emparer de toutes sortes de média. Je publie des livres, je travaille avec des Rubik's cubes, je réalise des films, des sculptures, des installations, j'ai fabriqué des sneakers qui tamponnent le sol, une appli pour smartphone, ou encore des machines à gauffres. je mets tout cela au même niveau, ce sont à mes yeux autant d'éléments qui composent mon oeuvre.

 

Êtes-vous toujours actif dans les rues ?

Absolument ! Depuis mes débuts, il s'est rarement passé une semaine sans que je ne pose une nouvelle pièce.

 

Le mot de la fin?

Game not over

 

 

Plus d'infos
 

> Biographie

> Texte par Anaïd Demir
> Texte par Paul Ardenne
> Texte par Jean Marc Avrilla
 

 

Contact
 

> par e-mail
> par hologramme

 

 

www.space-invaders.com V.2.0
développé par Adrien Chey / Designé par FabLab
All rights reserved 2014